Poetry 02: Marseille

I envision us in a café
where they come to know us by name
everyday perfectly mundane
and blissfully the same

we write and we drink our cafés
then bourbon then wine then we dine
then stroll by the sea
then it’s told what we
wrote of all day
as we sat face to face
words to write
not to say

the occasional smile
and meeting of eyes
that convey what words
could never describe

early to bed
early to rise
over and over
twenty-eight times

Advertisements

À propos de Stina

If I could tell you about me in a neat and tidy definitive statement, I don't think I'd be writing this blog.
Cette entrée, publiée dans Poetry, est marquée , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s